Contactez-nous
merci de remplir le captcha
votre email a bien été envoyé.

Les informations portées sur ce formulaire vous concernant sont à l’usage de notre établissement et de nos prestataires techniques afin de traiter votre demande. Vous acceptez notre politique de confidentialité des données personnelles. Conformément à la Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement général sur la protection des données, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d'opposition et de limitation du traitement relatif aux données personnelles qui vous concernent, ainsi que du droit à la portabilité des données et de définition de vos directives relatives à la gestion de vos données après votre décès. Vous pouvez exercer ces droits par email à l'adresse . Pour en savoir plus, consultez les mentions légales.

+ 34 943 56 91 30
Réserver play-button play-arrowcube
current_article.title

Villa Magalean fan du festival JAZZALDIA ! 25-29 juillet 2018

Publié le 3 juillet 2018, Dans Evenement

Depuis plus de 50 ans, la magie du Jazz opère à Saint Sébastien. Magie de la Plaza de la Trinidad, cachée derrière la Basilique Santa Maria au fond du vieux quartier, où les musiciens adorent jouer le soir à nuit tombante, dans l’intimité et la complicité d’un public nécessairement acquis. Je me souviens de Youn Sun Nah, une voix céleste par un soir d’été, si étrange et si proche, de Mélodie Gardot, comme inspirée par les mystères du lieu,  et de Metheny&Mehldau enflammant la scène dans un concert acoustique mémorable .

Magie du Kursaal, ce moderne vaisseau échoué sur la plage, où dans une ambiance plus confortable mais aussi festive, j’ai assisté avec émotion à l’un des derniers concerts de Hank Jones, et avec ravissement à l’un des premiers concerts de Jazz de Jessie Norman. Je me souviens aussi de Keith Jarett, époustouflant…

Magie aussi du Théâtre Victoria Eugenia, cette salle centenaire récemment rénovée, un écrin qui convenait si bien aux accents délicats de Stacey Kent…

Cette année encore je reviendrai Place de la Trinité, découvrir Cecil Mc Lorin-Salvant, une voix nouvelle, séduisante, inventive, différente ; et puis j’irai au Théâtre Victoria Eugenia retrouver la jeunesse éternelle de Michel Portal, ses inventions, son éclectisme, ses évidences.

Jazzaldia forever….